top of page

"Nous sommes très optimistes sur le fait que tout aura bien lieu dans les 24 heures à venir"

Le ministère qatari des Affaires étrangères est optimiste sur une libération des otages "dans les 24 heures" prochaines. Cinquante otages doivent être libérés de la bande de Gaza.


"Nous sommes très optimistes sur le fait que tout aura bien lieu dans les 24 heures à venir"
"Nous sommes très optimistes sur le fait que tout aura bien lieu dans les 24 heures à venir"

"Nous sommes très optimistes sur le fait que tout aura bien lieu dans les 24 heures à venir", a affirmé Majad Al-Ansari, conseiller du Premier ministre du Qatar et porte-parole du ministère qatari des Affaires étrangères, jeudi 23 novembre à la rédaction internationale de Radio France. Doha a confirmé mercredi qu'un accord avait été trouvé pour une trêve humanitaire israélienne et la libération d'une partie des otages détenus par le Hamas. Cinquante otages doivent être libérés de la bande de Gaza.


"Notre principal souci c’est la sécurité des otages, donc on a besoin de toutes les garanties sur le terrain pour s’assurer que toutes les parties comprennent ce qui va se passer, où ça va se passer et quand ça va se passer, afin qu’il n’y ait pas d’erreurs qui puissent porter atteinte à la vie des otages", a expliqué Majad Al-Ansari.


La libération des otages est imminente, selon lui : "On a presque bouclé les préparatifs, et dans les heures à venir, on devrait annoncer l’heure du début de la pause humanitaire, précise-t-il, et l’échange des détenus de chaque côté."


"Nous sommes très optimistes sur le fait que tout aura bien lieu dans les 24 heures à venir."

Majad Al-Ansari, conseiller du Premier ministre du Qatar et porte-parole du ministère qatari des Affaires étrangères

à la rédaction internationale de Radio France


Malgré les risques inhérents à ce type d'opération, le porte-parole du ministère qatari des Affaires étrangères est optimiste : "Dans tout accord d’une telle importance, il y a toujours des risques avant et pendant les opérations que des erreurs soient commises, ou qu’il y ait des délais, ou encore qu’une partie revienne sur ses engagements. On travaille justement pour qu’il n’y ait pas d’incidents ou d’erreurs sur le terrain. Donc nous sommes très optimistes sur le fait que tout aura bien lieu dans les 24 heures à venir."


Source: franceinfo

bottom of page